LA RÉVOLUTION RUSSE

Publié le

LA RÉVOLUTION RUSSE

De la révolution bourgeoise à la révolution ouvrière

La guerre porte le coup de grâce au tsarisme ; l'insuffisance de l'armement et du ravitaillement, les désastres militaires, révèlent l'incapacité du régime. Dans les centres industriels, la misère populaire est extrême.

Le tsar ne trouve plus aucun soutien : ceux qui veulent en finir avec une guerre désastreuse préparent sa chute, tandis que les partisans de la guerre ne lui font plus confiance pour la gagner.

La révolution de février.

En février 1917, des manifestations populaires à Petrograd tournent au soulèvement anti-tsariste. L'isolement du régime apparaît total quand les soldats, refusant d'obéir aux ordres, arrêtent ou fusillent leurs officiers, et rejoignent les insurgés. Le tsar doit abdiquer. Un gouvernement provisoire est formé : il s'appuie sur les partis bourgeois et les socialistes modérés. Son pouvoir réel est faible, car à ses côtés se sont formés les Soviets qui regroupent des soldats, des ouvriers et bientôt des paysans. Certes les Soviets sont, jusqu'en en septembre, dominés par les socialistes modérés favorables au gouvernement provisoire ; mais les bolcheviks, adversaires résolus du gouvernement modéré, deviennent de plus en plus nombreux.

Les bolcheviks constituent la fraction la plus résolue du socialisme russe. Organisés en parti discipliné, ils ont à leur tête un homme qui n'a cessé de préparer la révolution : Lénine. Revenu de l'exil en avril, il affirme qu'une deuxième révolution donnant le pouvoir aux ouvriers et aux paysans est possible ; l'appui du peuple ira, dit-il, à ceux qui satisferont ses revendications : la paix, la terre aux paysans, le contrôle ouvrier dans les usines. Un gouvernement bourgeois n'accordera jamais cela.

La révolution d'octobre.

En effet, le gouvernement provisoire poursuit la guerre, refuse le partage immédiat des terres et interdit le parti bolchevik. Mais l'influence de celui-ci ne cesse de grandir. En septembre, les bolcheviks, majoritaires au soviet de Petrograd que préside Trotsky, ne cachent pas leur volonté de prendre le pouvoir. L'insurrection, minutieusement préparée, éclate dans la nuit du 25 octobre. Dès le lendemain, les bolcheviks sont maîtres de la capitale ; le pouvoir passe aux mains du congrès des Soviets de toute la Russie.

LA RÉVOLUTION RUSSE

Commenter cet article