Mai 2016 - Mai 68

Publié le

L'intense mouvement social contre la loi travail qui se déroule actuellement dans notre pays amène notre association - la Société Populaire - à rappeler que nous avons publié une Gazette spéciale intitulée : Mémoires de 68 en 2009.

Nous allons publier quelques extraits d'articles de cette Gazette en rappel d'événements qui remontent à bientôt un demi siècle !

En ouverture, voici comment Jean Large introduisait le sujet.

INTRODUCTION

Jean Large

Les témoignages d’acteurs du « moment 68 » abondent (1). Quel intérêt de rassembler des récits de grévistes à Villefranche-sur-Saône ? Le quarantième anniversaire des “événements” a donné lieu à quelques actions médiatiques et stimulé, comme pour les décennies précédentes, les publications d’articles, de souvenirs ou d’ouvrages scientifiques.

La révolte étudiante parisienne semble retenir l’essentiel de l’attention, la rupture culturelle est souvent mise en avant et l’analyse du phénomène noyée dans une complexité ou une perplexité résumées dans l’expression « mystère 68 » (2). Les témoignages que nous publions rappellent opportunément que mai 68 a aussi été le plus grand mouvement de grève du XXe siècle, en France et qu’il n’a pas seulement concerné les militants syndicaux, fonctionnaires ou employés des grandes entreprises. Certains de nos témoins, issus des campagnes et vierges de toute culture syndicale travaillaient dans des petites ou moyennes entreprises très nombreuses à Villefranche. C’est un peu une histoire

de la France des petits et des sans grade qu’ils nous racontent, une histoire assez mal connue. Ils n’ont pas participé aux grands débats dans des amphithéâtres bondés, ni aux actions de rues violentes mais à l’occupation au quotidien de leur lieu de travail. Ils ne s’interrogent pas non plus sur le sens de leur action : l’amélioration concrète de leurs conditions de travail et de vie était leur seul objectif.

Les historiens, pour la construction de leur récit, sont friands des témoignages des acteurs (3). Les récits de grévistes de terrain, dans une petite ville de province, ne sont finalement pas très nombreux. Le passage à l’écrit n’est pas facile pour qui n’est pas coutumier de l’exercice. Notre modeste publication peut ainsi apporter une petite, toute petite pierre à la construction du grand édifice jamais achevé.

Ces grèves de 1968 font partie de la mémoire des témoins ce qui explique leur application à écrire leurs souvenirs. Ils font aussi partie de la mémoire collective (4). En 1968, Villefranche-sur-Saône est encore une petite ville très industrielle. Aux grandes entreprises - Bonnet, Titan, Calor - s’ajoutent une myriade de petites entreprises textiles. La plupart ont disparu. Celles qui restent font fabriquer les vêtements dans les pays du Sud ou en Chine. En évoquant 1968, c’est tout un passé industriel qui est ranimé.

La plupart des témoins ont été des militants ou des adhérents à la CGT. Un texte provient d’une militante de la CFDT de Calor et un autre d’un enseignant de la Fédération de l’Éducation Nationale de l’époque. Ce n’est pas un choix délibéré.

Nous n’avons pas retouché les articles au-delà de quelques corrections orthographiques ou syntaxiques. Ils sont de l’unique responsabilité de leurs auteurs. Ce sont des documents bruts. Les historiens effectueront sur eux, le travail approprié. Les non historiens pourront méditer sur les récits de ces tranches de vie et peut-être, s’ils ont vécu ce moment, être tenté de prendre la plume à leur tour.

Nous sommes toujours preneurs de documents (tracts, photos…) ou de témoignages.

Notes

(1) Nous empruntons l’expression à Michelle Zancarini-Fournel. Le moment 68, une histoire contestée, Edition du Seuil, 2008. Nous renvoyons à cet ouvrage qui fait un point très exhaustif, de tout ce qui a été produit sur les événements du printemps 1968.

(2) Cité par Michelle Zancarini-Fournel, ibidem, page 12 : « Le mystère 68 », Le Débat, n° 50 et 51, 1988. L’expression a été utilisée par Michel FOUCAULT dès juillet 1968.

(3) Voir article suivant sur l’histoire et la mémoire.

(4) Ibidem.

Mai 2016 - Mai 68

Commenter cet article