Une exposition à voir à Lyon

Publié le

"Femmes du Rhône et de Lyon, elles ont illustré nos territoires"

Jusqu'au 30 juin aux archives départementales du Rhône, 34 rue du Général Mouthon-Duvernet, 69003 Lyon, du lundi au vendredi de 8h30 à 17h

De fameuses lyonnaises

L'évolution de la société du Rhône depuis le Moyen Âge à travers des destins de femmes.

Louise Labbé ou Juliette Récamier ont un point commun : elles sont lyonnaises. Cette exposition présente le destin de femmes célèbres ou restées dans l'ombre, du XIIIe siècle à nos jours, mettant ainsi en lumière l'engagement croissant des femmes dans la vie politique, sociale, culturelle et économique.

Dans les documents présentés aux Archives, on retrouve ainsi quelques figures féminines connues, telles que Anne de Beaujeu (dont est présenté un document avec sa signature autographe), Louise Labé, la poétesse lyonnaise, dont les Archives du Rhône conservent le testament, mais aussi Manon Roland, Juliette Récamier et Pauline Jaricot.

A côté d’elles, sont aussi mises en lumière des femmes plus discrètes mais dont le rôle a été également très significatif : Marie-Thérèse Bottu de la Barmondière, dont les donations dans la première moitié du XIXe siècle ont permis la construction de nombreux établissements d'enseignement ou de charité, Marie-Louise Rochebillard, fondatrice des premiers syndicats féminins, ou Philomène Magnin, ouvrière à 14 ans, qui s'engagea dans l'action syndicale et sociale, fut élue au conseil municipal de Lyon auprès d'Édouard Herriot où elle siégea jusqu'en 1977. En 1946, elle devint la première femme élue au Conseil général du Rhône.

Des figures collectives sont aussi évoquées, à travers notamment le rôle des femmes pendant la Première Guerre mondiale.

Une des pièces les plus remarquables est le manuscrit des œuvres de Marguerite d'Oingt, écrit par cette petite noble locale au tournant du XIIIe et du XIVe siècle, exceptionnellement prêté par la bibliothèque de Grenoble qui constitue le premier document écrit en franco-provençal, la langue de nos territoires au Moyen-Âge.

Dans un tout autre registre, un document bien moins spectaculaire retient aussi l'attention : la fiche de prisonnière de Simone Kadosch, épouse Lagrange, retenue à la prison de Montluc en 1944 avant d'être déportée à Drancy puis à Auschwitz, et décédée il y a quelques semaines seulement le 17 février 2016. Simone Kadosch fut notamment l'un des témoin-clé du procès Barbie, et n'a cessé de témoigner auprès des lycéens de ce qu'elle avait vécu pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Une exposition à voir à Lyon
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article