31 juillet 1914 Jean Jaurès est assassiné

Publié le

L'historienne Madeleine Rebérioux compte parmi les plus grands spécialistes de Jaurès.

Voici quelques-unes de ses analyses.

« Innombrables sont les questions qui se posent et qui portent moins sur les faits, encore mal connus pourtant, que sur l'interprétation qu'on en donne ou sur des intentions supposées. Par exemple, qu'eût fait Jaurès en août 1914 ? Sa mort au moment du choix décisif laisse planer finalement le mystère sur son orientation. Certains invoquent son profond patriotisme – si sensible dans son livre-testament, L'Armée nouvelle – et la confiance qu'il garda jusqu'à la fin dans les nations libérales pour conclure qu'il eût, sans aucun doute, rallié l'Union sacrée. D'autres soulignent la sévérité avec laquelle il jugeait depuis des années la politique de la France et de la Russie et son attachement presque pathétique à l'Internationale pour penser que la vague d'Union sacrée l'eût peut-être épargné, ou en tout cas, qu'il fût vite devenu « minoritaire ». Qu'eût-il fait enfin devant la Révolution russe ? Questions évidemment vaines, mais qui montrent l'influence qu'eut l'homme. (…)

Jaurès est-il le dernier socialiste du XIXe siècle ou le premier du XXe ? Par son optimisme évident, sa croyance au progrès et aux valeurs humanistes, son ardent républicanisme, il appartient incontestablement au siècle finissant. Par sa mélancolie secrète, sa confiance passionnée dans le peuple, l'originalité prémonitoire de son œuvre historique et la vitalité sans relâche de son militantisme, il est déjà un homme de notre temps. »

Voir l'article publié le 7 mai sur ce blog.

31 juillet 1914 Jean Jaurès est assassiné

Commenter cet article