1963-1982 : le transfert des enfants réunionnais

Publié le

1 600 enfants de la Réunion ont été transférés en métropole de 1963 à 1982 de façon forcée à l'instigation de Michel Debré, député de l'île. Ils étaient désignés comme "pupilles", même si certains avaient été enlevés à leur famille avec la promesse de meilleures conditions de vie. Envoyés dans les départements ruraux de France (en particulier la Creuse), ils ont passé toute leur enfance loin des leurs, à 9 000 km de leur île natale, dans des conditions souvent difficiles.

Le 18 février 2014, à l'initiative d'Ericka Bareight, député PS de la Réunion, une résolution mémorielle a été votée par l'Assemblée nationale.

Cet épisode éclaire les répercussions en métropole de la décolonisation, la violence d'Etat en démocratie, la manière dont le régime gaullien a parfois bafoué les droits des citoyens et les libertés publiques.

1963-1982 : le transfert des enfants réunionnais
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article